Export Sénégal

Menu

Accueil / Actualités / Un réseau régional pour développer la filière mangue en Afrique de (...)

Un réseau régional pour développer la filière mangue en Afrique de l’Ouest

La demande internationale en mangues, star des fruits tropicaux, est en croissance exponentielle depuis trente ans. La place de l’Afrique de l’Ouest sur le marché devrait se renforcer grâce à un réseau sous régional motivé, l’Alliance régionale de la mangue d’Afrique de l’Ouest (ARMAO).

Partagez cette page Publié le 9 juin 2016 | 0 commentaire

La mangue, vivement recommandé pour la santé, considérée comme « le roi des fruits » en Asie méridionale, où le manguier est cultivé depuis 4 000 à 5 000 ans, est le fruit le plus consommé dans le monde après la banane. Des manguiers sont cultivés dans plus de 90 pays tropicaux. Chaque seconde, une tonne de mangue est récoltée, soit 33 millions de tonnes par an, dont la moitié en Inde, et 4 % en Afrique de l’Ouest.

En Afrique, du Sénégal jusqu’au Nigeria, sur plus de 540 mille km², 1,3 million de tonnes de mangues sont produites, mais seulement 40 mille tonnes de mangue fraîches sont exportées, en moyenne. Sur les 150 000 tonnes produites en moyenne par an au Sénégal, 14 % a été exportée cette année, ce qui représente à peine 0,3 % de la production mondiale. Les exportations, en hausse, se font principalement vers l’Europe (76 %) et dans une moindre mesure vers la Mauritanie (2 500 tonnes), le Maroc (1 215 tonnes) et le Ghana (1 217 tonnes).

La place de l’Afrique de l’Ouest sur le marché, croissante mais en but à des problèmes récurrents, devrait se renforcer grâce à un réseau sous régional motivé, l’Alliance régionale de la mangue d’Afrique de l’Ouest (ARMAO), constituée à l’issue de la Semaine de la mangue, qui veut ouvrir de nouvelles perspectives d’exportation.

L’Union fait la force

Pour développer la filière de la mangue (qui, a généré 20 milliards de FCFA en 2015 au Sénégal), le ministère du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des PME a organisé la Semaine régionale de la mangue du 31 mai au 3 juin dernier à Dakar, dans le cadre de l’Initiative Trade Africa, avec l’appui de l’USAID.

Sous le thème évocateur « Mangue ! Délicieux trésor d’Afrique de l’Ouest », plus de 300 participants venant de Burkina Faso, Côte d’ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Mali et du Sénégal, décideurs publics, producteurs exportateurs, exportateurs commerçants, transporteurs/logistiques, organisations professionnelles et plateforme de dialogue, se sont réunies et ont mit sur pied l’Alliance régionale de la mangue d’Afrique de l’Ouest (ARMAO), dont le siège sera à Dakar. La direction en a été confiée à Cheikh Ngane, acteur du secteur horticole. L’ARMAO espère mieux coordonner les exportations, partant du principe que les récoltes ne se font pas à la même période, et ainsi parvenir à fournir le marché mondial toute l’année.

Un marché exigeant

La concurrence est rude, avec l’Inde, l’Amérique du Sud, l’Asie et l’Afrique de l’Est, qui alimentent le Moyen Orient. Les Etats-Unis sont fermés aux mangues sénégalaises qui ne «  sont pas aux normes ». Les plus commercialisées des milles variétés existantes sont l’Amélie, la Kent, le Keitt et la Tommy Atkins Les fruits doivent répondre à des critères « de beauté » et de goût, strictes, et les producteurs de mangue d’Afrique de l’Ouest sont confrontés aux mêmes problèmes de production, de commercialisation, de la qualité, de variété, qui se posent dès la plantation.

Déjà, sur l’arbre, les fruits subissent les attaques de la mouche des fruits, cauchemar des horticulteurs, qui cause notamment 80 % des pertes en Casamance (57 % de la production nationale), et 40 à 50 % dans la région des Niayes, (37 % de la production nationale). Certains spécialistes prônent la permaculture, car un terrain uniquement planté de manguiers peut favoriser sa prolifération. Des traitements biologiques sont à l’essai.

À cela s’ajoute le fait que les zones de production soient souvent enclavées, l’absence d’infrastructures post-récolte et de transformation. Au final, après récolte, 20 % de la production est perdue. Dans la sous-région, où 88 % de la production est consommée localement ou dans la région, les pertes post-récolte oscillent dangereusement entre 40 % et 50 %. La transformation, qui pourrait limiter le gâchis, est très peu répandue sur le territoire (5 % de la récolte au Sénégal, 6,8 % en Afrique de l’Ouest). Or, la rentabilité de ce secteur est vraiment liée, au-delà de la lutte contre la mouche des fruits, à la conservation et à la transformation de ce produit délicat.

Un vaste chantier s’ouvre donc pour les membres de l’ARMAO, tandis qu’au Sénégal les horticulteurs craignent une baisse du volume de la production de la prochaine saison, en raison du climat. Raison de plus pour prendre soin de la récolte avec encore plus d’attention.

Le manguier

Le manguier, qui peut vivre plus que centenaire, atteint sa pleine production vers l’âge de 10 ans (3 à 4 ans pour les arbres greffés), pour donner en moyenne une centaine de fruits par an, pendant une vingtaine d’années. De la famille des Anacardiaceae, son bois est utilisé en ébénisterie. C’est l’un des arbres fruitiers les plus anciennement cultivés avec le palmier-dattier.

En Inde, le manguier symbolisait la royauté. Selon les textes, Bouddha aurait reçu de la courtisane Ambapali un verger de manguiers pour qu’il puisse y méditer et, selon certaines interprétations, en tirant une source de revenus, se consacrer à sa voie.

Le manguier, introduit au Moyen-Orient et sur le continent africain par les Arabes vers le XVIe siècle, fut semé ensuite par les Portugais et les Espagnols en Amérique latine, pour atteindre l’Angleterre et l’Europe au XVIIIe siècle, quand les Anglais occupaient les Indes.

Les vertus de la mangue

La mangue peut être consommée mûre fraîche, cuite, en confiture, en glace, en sirop, ou verte en accompagnement de viandes, de la chair à la peau, délicieuse séchée. Au Sénégal, on consomme les feuilles en décoction/tisane pour leurs propriétés apaisantes et antiseptiques.

La mangue est potentiellement anti-cancer, diminuant l’apparition de maladies grâce à ses antioxydants (polyphénols , caroténoïdes). Efficace contre le diabète, le stress oxydatif, l’inflammation et l’hypercholestérolémie (riche en vitamines C, A, B1, B2, B6, E et en cuivre, oligo-élément essentiel).

Ses fibres réduisent le cholestérol sanguin, diminuant ainsi le risque d’accidents et de maladies cardiovasculaires.

Source : Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs, 2010.

Laure Malécot, Photos Domaine public.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

ACTUALITÉS

  • Secteur extractif : 118,1 Milliards de FCFA de revenus générés en 2015
    Secteur extractif : 118,1 Milliards de FCFA de revenus générés en 2015
  • Sénégal : Khelcom ou le rêve d'un autre modèle d'exploitation agricole
    Sénégal : Khelcom ou le rêve d’un autre modèle d’exploitation agricole
  • Rencontres Africa 2017 à Abidjan : lobbying en force pour que la prochain rencontre se tienne à Dakar
    Rencontres Africa 2017 à Abidjan : lobbying en force pour que la prochain rencontre se tienne à Dakar
  • DP World annonce 30 millions $ pour un 2e port à Bargny et l'acquisition d'équipements pour le port de Dakar
    DP World annonce 30 millions $ pour un 2e port à Bargny et l’acquisition d’équipements pour le port de Dakar
  • Crevettes profondes : « 2500 tonnes sont pêchées et entièrement exportées » selon l'DUPES
    Crevettes profondes : « 2500 tonnes sont pêchées et entièrement exportées » selon l’DUPES
  • Mouhamadou Lamine Diawara : le visionnaire du Bio
    Mouhamadou Lamine Diawara : le visionnaire du Bio

Cherchez dans l'annuaire

Top