Export Sénégal

Menu

Accueil / Actualités / La mangue africaine redevient incontournable en Europe

La mangue africaine redevient incontournable en Europe

Une mangue sur six consommée en Europe provient aujourd’hui d’Afrique. La progression est croissante malgré la persistance en Afrique de l’Ouest d’un fléau, la mouche du fruit.

Partagez cette page Publié le 14 décembre 2016 | 0 commentaire

La mangue africaine redevient incontournable en Europe. La mangue latino demeure prééminente, Brésil (46 0000 tonnes à ce jour) et Pérou (70 000 tonnes) restent les premiers expéditeurs de mangues vers l’Union européenne. Mais l’appétit des Européens pour ce fruit ne cesse de grandir : ils devraient consommer 300 000 tonnes de mangues en 2016, d’après les chiffres de FruitTrop, la revue du Cirad. L’espace pour la mangue africaine s’élargit.

Et les pays producteurs d’Afrique de l’Ouest répondent présents ! La saison n’est pas encore finie mais l’on estime à plus de 50 000 tonnes les quantités de mangues que la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Mali, le Burkina Faso ou la Guinée expédieront en Europe cette année : une mangue sur six consommées en Europe sera africaine. Et une mangue sur dix sera ivoirienne. La Côte d’Ivoire a doublé ses exports vers l’Europe en quelques années (à 30 000 tonnes).

C’est une véritable prouesse, étant donné le fléau qui touche encore la mangue : la mouche du fruit. La mangue latino n’est plus très concernée, son premier marché, les Etats-Unis, ont imposé un traitement par le froid contre cet insecte sur le sol même des fournisseurs d’Amérique latine.

Rien de tel en Europe, mais les colis infestés sont en général stoppés à leur entrée dans l’Union. Or le nombre de ces colis est en baisse, particulièrement grâce à la Côte d’Ivoire, qui est parvenue à enrayer le phénomène en développant des techniques préventives et insecticides : seuls deux colis infestés ont été saisis à leur entrée dans l’Europe, contre 62, il y a encore deux ans. Le Sénégal (passé de 11 colis infestés en 2014 à 2 colis sur 8 500 tonnes en 2016) a également progressé en la matière. Il est vrai que l’Harmattan a balayé la pression parasitaire en 2015-2016.

Source : Claire Fages, RFI

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

ACTUALITÉS

  • Le Sénégal, un modèle en Afrique dans la lutte contre la malnutrition
    Le Sénégal, un modèle en Afrique dans la lutte contre la malnutrition
  • Le miel bio de Sinthian
    Le miel bio de Sinthian
  • La banane sénégalaise dans la sauce ivoirienne
    La banane sénégalaise dans la sauce ivoirienne
  • Modernisation du parking du quai de pêche de Saint-Louis
    Modernisation du parking du quai de pêche de Saint-Louis
  • Une troisième édition du Répertoire des exportateurs en cours d'édition
    Une troisième édition du Répertoire des exportateurs en cours d’édition
  • Filière lait au Sénégal : si pauvre de sa richesse
    Filière lait au Sénégal : si pauvre de sa richesse

Cherchez dans l'annuaire

Top