Export Sénégal

Menu

Accueil / Actualités / L’ITA, l’innovation au cœur du métier

L’ITA, l’innovation au cœur du métier

Après 56 ans d’existence, l’Institut de technologie alimentaire (ITA) ne compte plus les nouveaux procédés technologiques mis au point. Un reportage pour vous présenter ce temple du savoir alimentaire mal connu du public.

Partagez cette page Publié le 7 mars 2017 | 0 commentaire

On lui doit de nombreux produits comme le mais doux, le vinaigre de mangues, les pastilles Valda, les sirops locaux, le concentré de tomate, la farine de céréales locales, etc. Sans toujours le savoir.

Le rôle premier de cet institut, qui a vu le jour dans les années 60, est la recherche et le développement, plus particulièrement l’approfondissement de résultats obtenus par la recherche fondamentale en vue de donner un produit accessible à la population. Après la production, l’institut se charge du volet transformation. L’objectif étant de valoriser les produits alimentaires locaux divers. Les secteurs dans lesquels l’ITA intervient vont de l’agriculture à l’élevage, en passant par la pêche. L’ITA compte un personnel d’environ 80 personnes, dont une trentaine de chercheurs.

Les locaux de l'ITA à Dakar

Recherche et développement

Aujourd’hui, l’institut capitalise plus d’un demi-siècle de recherche avec des résultats qui ont permis la mise sur la maché de nombreux produits. On peut citer le bissap (en jus et en concentré) que la société Kirène commercialise aujourd’hui.

L’on peut parler aussi de la mise au point de la table de traitement de l’huile artisanale d’arachide ou huile segal, qui permettait avec un dispositif de filtration d’éliminer environs 90 % d’aflatoxine que contenait les produits faits par les huiliers artisanaux. Un procédé qui avait permis en son temps d’éviter un problème de santé public qu’aurait provoqué la consommation de cette huile en son état et à des foyers à revenus moyens de se fournir en huile de qualité à petit prix.

Des labos de l’ITA, sont aussi sortis des produits comme la poudre de gingembre ou de bouye, le maïs doux en conserve sénégalais, la farine de céréales locales (mil, sorgho) permettant de remplacer la farine de blé dans les produits boulangers que l’on trouve dans certaines boulangeries de la ville.

Un autre volet tout aussi important dans lequel l’institut s’implique est la fortification des aliments (l’huile végétale qui est fortifiée en vitamine A, et la farine de blé tendre qui est fortifiée en fer et acide folique).

Concentré de bissap

Transfert de technologies

Etant un institut de l’Etat et ne pouvant pas commercialiser les produits issus de ses laboratoires, l’ITA s’est lancé dans le transfert de technologie en les mettant à la disposition des utilisateurs qui peuvent ensuite les commercialiser, via la formation des demandeurs sur les procédés et produits des chercheurs.

Il existe aussi des projet de diffusion à grande échelle, qui permet d’améliorer l’accessibilité du plus grand nombre à un produit donné. Le troisième moyen est celui de l’incubation qui permet à un futur entrepreneur d’avoir à sa disposition les équipements et technologies de l’institut, ainsi que des techniciens pour les accompagner dans leurs projets.

Pas besoin de faire des mains et des pieds pour profiter de l’accompagnement de l’institut de technologie alimentaire pour vos projets. Vous prenez rendez-vous pour soumettre votre projet. Ensuite une équipe se charge d’en étidier la faisabilité et soumet un protocole d’accord. Après ces étapes, le processus d’accompagnement peut commencer.

Chercheurs au travail

Un acteur incontournable dans l’agrément à l’exportation

L’ITA joue un rôle de contrôle important au niveau de l’exportation. Plus de 60 % des exportateurs font faire leur contrôle qualité par cette structure afin de se faire délivrer un ticket pour l’exportation. Cependant, l’ITA n’est en rien un bureau qui délivre des agréments, mais plutôt un maillon de la chaîne dans le processus d’octroi d’agréments.

Avant qu’un produit ne reçoive le document délivré par la Direction de la protection des végétaux ou la Direction du commerce intérieur, il est demandé des informations scientifiques ; et c’est là qu’ intervient l’ITA. Ces informations scientifiques permettent après résultats d’analyse de dire si un produit répond aux normes de son marché de destination.

Bien que les laboratoires sénégalais ne soient pas accrédités auprès de l’Union européenne, les résultats des laboratoires de l’Institut de technologies alimentaires dans le domaine halieutique permettent aujourd’hui aux produits sénégalais d’être reconnus dans l’espace européen. Une dérogation qui prouve que son expertise de l’institut jugée fiable à l’international. Une manne de plusieurs milliards que l’Institut fait gagner à l’Etat sénégalais.

Projets en cours

L’Institut ne cesse d’étendre son champ d’action et prépare actuellement la mise en place d’une filière d’huiles essentielles locales qui sera bientôt opérationnelle au niveau de l’université Gaston Berger de Saint-Louis.

Contact

Institut de Technologie Alimentaire (ITA)
Route des Péres Maristes - Dakar Hann – Sénégal
Tél. 221 33 859 07 07
Fax. 221 33 832 82 95
BP : 2765 Hann
ita@ita.sn - http://www.ita.sn

Eva Rassoul

  • Analyse d’échantillons
  • Laboratoire
  • Machine à étuver le riz
  • Atelier fruits et légumes
  • Maïs doux du Sénégal
  • Céréales transformées
  • Maïs et mil transformés
  • Maïs concassé

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

ACTUALITÉS

  • Sénégal : Khelcom ou le rêve d'un autre modèle d'exploitation agricole
    Sénégal : Khelcom ou le rêve d’un autre modèle d’exploitation agricole
  • Rencontres Africa 2017 à Abidjan : lobbying en force pour que la prochain rencontre se tienne à Dakar
    Rencontres Africa 2017 à Abidjan : lobbying en force pour que la prochain rencontre se tienne à Dakar
  • DP World annonce 30 millions $ pour un 2e port à Bargny et l'acquisition d'équipements pour le port de Dakar
    DP World annonce 30 millions $ pour un 2e port à Bargny et l’acquisition d’équipements pour le port de Dakar
  • Crevettes profondes : « 2500 tonnes sont pêchées et entièrement exportées » selon l'DUPES
    Crevettes profondes : « 2500 tonnes sont pêchées et entièrement exportées » selon l’DUPES
  • Mouhamadou Lamine Diawara : le visionnaire du Bio
    Mouhamadou Lamine Diawara : le visionnaire du Bio
  • La société challenger se lance dans la production de piment Sunny F1
    La société challenger se lance dans la production de piment Sunny F1

Cherchez dans l'annuaire

Top