Export Sénégal

Menu

Accueil / Actualités / Exportation de la mangue sénégalaise : une filière sous exploitée

Exportation de la mangue sénégalaise : une filière sous exploitée

C’est l’un des fruits les plus consommé au Sénégal (frais, cuit, transformé) et dont le potentiel d’exportation reste grandement inexploité. La filière mangue, véritable mine d’or pour ses acteurs, a depuis quelques années maintenant, prit des ailes et se positionne favorablement dans les marchés internationaux.

Partagez cette page Publié le 27 juin 2017 | 0 commentaire

Historique de la mangue au Sénégal
La mangue est une des filières les plus dynamiques du secteur horticole du Sénégal. Elle enregistre annuellement une production qui se situe entre 125 000 à 130 000 tonne, et représente 63 % de la filière fruits et légumes. Les superficies couvertes par les vergers de mangue au Sénégal, sont estimées à 25 000 ha.
Les exportations de mangues quant à elles, ont fait des bonds importants entre 1998 et 2015. De 288 tonnes, elles sont passées à 16.689 tonnes pour une production de 130.000 tonnes. Du point de vue qualité, le Sénégal coiffe les pays de la Cedeao avec un niveau de conformité dépassant les 99 %.

Les zones de production
La principale zone de production de mangues export se situe dans la zone des Niayes, du lac Rose jusqu’à Mboro en passant par la zone de Sebikotane (grands vergers industriels). La petite Côte (Mbour), le Sine Saloum et la Casamance sont également des régions productrices de mangues. Mais, elles sont actuellement peu exploitées à l’exportation.

Période de production
La période de production de mangues au Sénégal est la plus longue d’Afrique de l’Ouest. Si au Mali et en Côte d’Ivoire, la production de mangues d’exportation s’étale sur 4 mois (de mars à juin), le Sénégal produit, selon les régions, des mangues sur 6 mois (de mai à octobre) avec une fenêtre d’exportation de 3 à 4 mois. Dans la région des Niayes, la production s’étale sur le créneau juillet-août-septembre, ce qui permet au Sénégal de prendre le relais de la production ouest africaine. En Casamance, dans la zone du Sine Saloum et sur la Petite Côte la production est plus précoce (mai-juin-juillet).

Les variétés
Le Sénégal se positionne sur le marché export européen avec les variétés de référence, Kent principalement et dans une moindre mesure Keitt, très prisées par les consommateurs. . On retrouve d’autres variétés export au Sénégal tel que la Tommy Atkins, la Zill, la Valencia, la Palmer, dans de faibles proportions et qui ne sont pas exportées. D’ailleurs ces variétés sont de plus en plus fréquemment surgreffées en variété Kent. La coloration des fruits est exceptionnelle : c’est un atout majeur pour l’origine Sénégal.

Les variétés en fonction des zones de production.

Zone des Niayes : KENT, KEITT, DIEGBOUGATT, BOULKODIEKHAL, SEWE, GREFFAL, avec une large prédominance de la variété KENT. Le calendrier de production de la mangue s’étale du mois de mai au mois d’octobre.

Zone Centre : les variétés de mangue prédominantes sont BOUKODIEKHAL, GREFFAL, KEITT, KENT avec une plus grande représentativité des KEITT et KENT. Le calendrier de production de mangue s’étale d’avril à Août.

Casamance : il s’agit des variétés : KEITT, KENT, DIOUROU, PAPAYE, PECHE, SIERRA LEONE. D’ailleurs ces variétés sont fréquemment surgreffées en variété Kent.

Les destinations à l’export
L’Europe (Allemagne, aux Pays-Bas, en France, en Belgique) représente 65% des exportations de la mangue sénégalaise. Ensuite il y a les destinations sous régionales (Mauritanie, Ghana, Maroc) et enfin le Moyen-Orient (Dubai). Un choix qui s’explique par les formalités administratives plus simples que dans les autres continents.

Une exportation très en deçà de la production totale

Malgré des chiffres encourageants, l’exportation reste néanmoins le parent pauvre de la production de mangue au Sénégal. Sur un total par exemple de 120 000 tonnes, seuls 30 000 tonnes sont déclarées exportables. Et sur ces 30 000 tonnes, seuls environs 15 000 ou 20 000 passeront le cap final pour prendre la destination choisie. On parle de contraintes logistiques causées par les pluies hivernales (mauvais états des routes, travail ralenti par le mauvais temps, etc).

Les produits dérivés de la mangue
Pour éviter les pertes post récoltes (estimées à environs 60% de la récolte) des grosses quantités de mangues que l’on trouve partout au Sénégal, de nombreuses femmes réunis en GIE et des entreprises ont trouvé le moyen de valoriser autrement la mangue sénégalaise. Jus de fruits, mangues séchés, vinaigre, confiture, salade de fruits.


Voir en ligne : http://www.senegal-export.com/spip....

Eva Rassoul avec reussirbusiness.com et Asepex

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

ACTUALITÉS

  • Sénégal : l'autosuffisance atteinte, le pays envisage l'exportation de riz
    Sénégal : l’autosuffisance atteinte, le pays envisage l’exportation de riz
  • Karfa Diallo prône une agriculture saine et durable
    Karfa Diallo prône une agriculture saine et durable
  • Le port vraquier et minéralier de Sendou-Bargny prêt en 2019
    Le port vraquier et minéralier de Sendou-Bargny prêt en 2019
  • La Plateforme e-commerce « Made In Senegal » et le « Label Mangue »
    La Plateforme e-commerce « Made In Senegal » et le « Label Mangue »
  • AIBD : le cargo village sera géré par le groupe Teyliom Logistics
    AIBD : le cargo village sera géré par le groupe Teyliom Logistics
  • 2017, une année fructueuse avec des rendements de production records
    2017, une année fructueuse avec des rendements de production records

Cherchez dans l'annuaire

Top